Comment nous joindre

CERCLE DES AUTEURS BANDOLAIS

51 Impasse d'Auvergne

83150 BANDOL

Téléphone : 0781203854

christian.delaud@gmail.com

Colloque

Aldous Huxley

Les Turlupinades  26/06/2021

Livres coup de cœur

Les Rencontres

Morceaux choisis

Tribulations linguistiques

Le mot de la semaine

Singularités de la langue française

Testez vos connaissances

Histoire de la littérature bandolaise

Assemblées Générales

VOIR ...

Brainstorming ou Boite à idées

Le parler méditerranéen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Un auteur... MURAKAMI

Un auteur... LEMAITRE
Un auteur... MANN
Un auteur... GAUCHY
Un auteur... DUROY
Un auteur... ECHENOZ
Un auteur... LEAUTAUD
Un auteur... IZZO
Un auteur... CAMILLERI
Un auteur... ELUARD
Un auteur... LARSSON
Un auteur... RENARD
Un auteur... BARBERY
Un auteur... LOUIS
Un auteur... MODIANO
Jean ZAY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

 

 

300 000 VISITEURS

le 01/09/2020

à 18H35 !

A TOUS LES CONFINÉS BONNE ANNÉE MAIS... GAFFE QUAND MÊME  !

Braves gens, prenez garde aux choses que vous dites.
Tout peut sortir d’un masque qu’en passant vous maudites.

Tout, la haine et le deuil ! Et ne m’objectez pas
Que vos amis sont sûrs et que vous parlez bas…
Ecoutez bien ceci :

 

Tête-à-tête, en pantoufle,
Portes closes, chez vous, sans un témoin qui souffle,
Vous dites à l’oreille au plus mystérieux

De vos amis de cœur, ou, si vous l’aimez mieux,
Vous murmurez tout seul, croyant presque vous taire,
Dans le fond d’une cave à trente pieds sous terre,
je ne mets pas de masque à quelque individu ;
Ce mot que vous croyez que l’on n’a pas entendu,
Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre,
Court à peine lâché, part, bondit, sort de l’ombre !

 

Tenez, il est dehors ! Il connaît son chemin.
Il marche, il a deux pieds, un bâton à la main,
De bons souliers ferrés, un passeport en règle ;

Au besoin, il prendrait des ailes, comme l’aigle !

 

Il vous échappe, il fuit, rien ne l’arrêtera.
Il suit le quai, franchit la place, et cætera,
Passe l’eau sans bateau dans la saison des crues,
Et va, tout à travers un dédale de rues,

Droit chez le gendarme qui doit verbaliser.

 

Il sait le numéro, l’étage ; il a la clé,
Il monte l’escalier, ouvre la porte, passe,
Entre, arrive, et, railleur, regardant l’homme en face,

Dit : Me voilà ! Je sors de la bouche d’un tel.

 

C’est fait. Vous êtes en correctionnelle !

 

Turlupin